EDITO

« … Emprunter le chemin de la compassion et de la tendresse»

Chaque année, le 11 février, en la fête de Notre Dame de Lourdes, l’Église célèbre la journée mondiale du malade. Cela peut paraître curieux de célébrer…les malades ! Et pourtant, les personnes malades ont une place toute particulière dans le cœur de l’Église.

Le pape François nous rappelle que « sur le visage de chaque être humain, encore davantage s’il est éprouvé et défiguré par la maladie, brille le visage du Christ ». Voilà pourquoi les personnes fragiles et dépendantes sont l’objet d’un soin tout particulier de la part des chrétiens.

L’Église, Mère de tous ses enfants, surtout des malades, rappelle que les gestes de don gratuit, comme ceux du Bon Samaritain, sont la voie la plus crédible de l’évangélisation. Le soin des malades a besoin de professionnalisme et de tendresse, de gestes gratuits, immédiats et simples comme une caresse, à travers lesquels on fait sentir à l’autre qu’il nous est « cher ».

 Que le Seigneur nous donne la grâce d’être « de bons samaritains » et d’emprunter avec courage le chemin de la compassion et de la tendresse pour tous nos frères et sœurs éprouvés et malades.

Ma prière vous accompagne.

Père Franck