EDITO : Contempler les fenêtres du bon Dieu !

Avant d’entrer dans les mois estivaux qui vont plus ou moins nous éloigner les uns des autres, je vous livre cette citation d’un auteur Tchèque. Je l’ai choisie en pensant à vous et en faisant mémoire de ce que nous avons vécu dans notre paroisse depuis l’été dernier. Que de belles et grandes choses ! Merci Seigneur ! 

Avec l’été, l’heure est venue de ralentir, voire d’entrer dans la lenteur ! L’heure est venue de recueillir les fruits de ce qui a été semé durant cette année pastorale. L’heure est venue de contempler. L’heure est venue de flâner !     

« Pourquoi le plaisir de la lenteur a-t-il disparu ? Où sont-ils les flâneurs d’antan ? Où sont-ils, ces héros fainéants des chansons populaires, ces vagabonds qui traînent d’un moulin à l’autre et dorment à la belle étoile ? Ont-ils disparu avec les chemins champêtres, avec les prairies et les clairières, avec la nature ? Un proverbe tchèque définit leur douce oisiveté par une métaphore : ils contemplent les fenêtres du bon Dieu. Celui qui contemple les fenêtres du bon Dieu ne s’ennuie pas, il est heureux.  » (Milan Kundera, La lenteur, 1995)

Chers amis, je vous souhaite de pouvoir vous arrêter afin de vous aussi contempler les fenêtres du bon Dieu ! Regardez bien à travers les carreaux et faites le plein … de sa plénitude !

Ma fraternelle prière estivale vous accompagne !

Père Franck